«

»

Imprimer ceci Article

Article : « Disparition de Dany MAURICE », par Robert BRILLAUD

« C’est une très grande perte que vient de subir le monde de l’accordéon avec la disparition de Dany Maurice qui, toute sa vie, s’est investi de façon exemplaire et intense au service de la musique populaire et de divertissement, et notamment de l’accordéon. Maurice Naslain (c’est son véritable nom) a vu le jour en pleine nuit, à 22h40, le 11 décembre 1926 à Versailles. Pas au château, aimait-il à préciser, mais dans la rue à côté. Il a commencé dans la vie par exercer plusieurs métiers aussi farfelus qu’improbables : laveur de carreaux, jardinier, broyeur de poivre, plombier-zingueur-couvreur, livreur en triporteur, vendeur de soutiens-gorge. On en passe et des meilleurs. « Trente-six métiers, trente-six misères » disait sa mère. Mais sa vocation était ailleurs. Il était né pour faire le pitre, pour amuser les autres. C’est le grand accordéoniste Charley Bazin qui lui met le pied à l’étrier en l’engageant dans son orchestre comme animateur-fantaisiste, mime, bruiteur, imitateur, etc..Puis il entre dans la grande formation de Jacques Hélian où il connaît la formidable ambiance qui régnait dans cette grande formation de variétés qui parcourait plusieurs continents. Il fait ensuite un séjour au sein de l’orchestre de Claude Besset avant de monter sa propre formation, l’orchestre Dany Maurice, où officiait toujours un accordéoniste, et sortit plusieurs disques à cette occasion, notamment chez Barclay. Enfin, il entre chez Marcel Azzola pour un remplacement. Il y reste 10 ans. Une épopée qui lui laisse des souvenirs impérissables. L’heure de la retraite venue, Dany, qui ne s’est jamais arrêté une seconde, se « recycle » animateur-présentateur de diverses manifestations : défilés de mode, arbres de Noël, quinzaines commerciales. Surtout, il devient l’animateur attitré de grands galas d’accordéon à travers toute la France. On retrouve ce bourlingueur-né partout où l’accordéon résonne. Puis il entame une période littéraire et artistique de grande intensité. Il écrit de nombreux bouquins, dont quatre livres merveilleux consacrés à l’accordéon :  « La Nuit de l’Accordéon » (1995), « Planète Accordéon » (1996), « Soleil Accordéon » (1997), et « Cap sur l’Accordéon » (1999). En tout, près de 2000 pages, une véritable encyclopédie photographique de l’histoire de l’accordéon avec des documents rares et inédits. Une œuvre unique en son genre. Il publie aussi de nombreuses partitions et sort une trentaine de CD avec ses amis accordéonistes. Il collabore également au magazine « Accordéon & Accordéonistes » avec sa rubrique « Les tribulations du P’tit Clown ». Il était l’ambassadeur itinérant du monde de l’accordéon. Jovial, blagueur, bonimenteur au grand coeur, il ne passait jamais inaperçu. Ce grand bienfaiteur du piano à bretelles nous a quitté le 20 décembre 2017. Il venait tout juste de souffler ses 91 bougies. Il repose désormais au Père Lachaise où ses obsèques ont eu lieu le 29 décembre 2017. Dany, tu as bien mérité ton repos, toi qui a tant bourlingué. Pour ton investissement sans faille, pour ton oeuvre, pour ta générosité envers l’instrument, l’accordéon de dit MERCI. »

Robert BRILLAUD

A propos de l'auteur

Justine & Patrick

Lien Permanent pour cet article : http://melodirama.fr/article-disparition-de-dany-maurice-par-robert-brillaud/